Nancy Snipper's letter to Pauline Marois:


 PAULINE MAROIS:


Je vous déteste. Vous m’avez enlevé tout mon amour pour la langue française que j’adorais - dans mon enfance et à l’université;  c’était ma matière principale là. C’était ma vie. J’ai été au pair en France; j’ai passé des étés à étudier la langue à Québec au Collège Laval. En plus, les livres que j’ai écrits pour les enfants étaient en français. J’ai  même déménagé de Toronto à Montréal pour être plus avec les francophones - pour vivre avec les canadiens francophones qui partagent notre pays, tellement riche et divers -  respecté pour ses  politiques démocratiques.
MAINTENANT. JE N’AIME PLUS PARLER le français PARCE QUE VOUS  ME L’ENFONCER DANS LA GORGE.  CA M’ÉTOUFFE.  VOUS M’ENLEVEZ TOUT LE PLAISIR DE CETTE BELLE LANGUE EN LA CHANGEANT EN UNE LANGUE D’OBLIGATION ET D’AUTORITÉ.
LE FRANCAIS N’EST PLUS UNE LANGUE DE POÉSIE NI DE LIBERTÉ MAIS DE FASCISME.
MAINTENANT  QUAND JE LE PARLE, J’AI L’IMPRESSION QUE MA GORGE EST PLEINE DE SERPENTS  ET QUE TOUS MES AMIS SONT ENTOURÉS DE  CES SERPENTS QUI VIENNENT DE VOS CHEVEUX ET QUI  NOUS ÉTRANGLENT.
MEME SI VOUS VOUS ÊTES FAIT COUPER LES CHEVEUX, VOUS RESTEZ UNE MEDUSE.


Nancy Snipper